​​​​​​

Le violon d’Angèle Dubeau

Angèle 2.1

Saviez-vous que c’est en 1977 qu’Angèle donna son premier concert avec son stradivarius?On la voit ici en soliste avec l’Orchestre Symphonique de Montréal, jouant le concerto de Mendelssohn. L’histoire commence en 1946. Cette année-là, comme tant d’autres québécois, deux tantes d’Angèle donnent quelques sous lors d’une levée de fonds, dans une église au Québec, pour aider le grand violoniste Arthur Leblanc à s’acheter un violon. Trente ans plus tard, en 1977, se souvenant de l’anecdote, Angèle et son père se mettent à la recherche du violoniste et trouvent l’homme à Québec, sur la rue… Sainte-Angèle. Celui-ci, après avoir entendu jouer la jeune et talentueuse violoniste, accepte de lui vendre son précieux instrument. Le violon d’Angèle a été fabriqué par le plus grand luthier de tous les temps, Antonio Stradivarius, dans ses ateliers de Crémone, en Italie, en 1733. Le nom officiel du violon d’Angèle est le Des Rosiers. Généralement, les Stradivarius portent tous un nom, souvent celui de la famille qui l’a possédée en premier. La famille Des Rosiers habitait Lyon et a possédé le violon d’Angèle durant près d’un siècle. Angèle surnomme son violon « Arthur », en hommage à Arthur LeBlanc, et en souvenir du grand virtuose acadien qui lui céda l’instrument avec lequel elle séduit son public depuis. Parfois, dans certains pays où elle se produit, Angèle n’apporte pas son Stradivarius. Elle joue alors sur un autre violon, une pièce de facture française de 1864 par Jean-Baptiste Vuillaume.